La méthode de louviou    suivi des séances du portrait de Loann et Yaël Verkindt      Fermer cette page du suivi  


Cliquez sur une imagette
pour voir en grand
Commentaires des séances de 'copie au carreau'
voir la palette de Jean Vichniacoff alias louviou

La toile au Format 50P a été peinte avec du 'Noir à tableau d'école' ce mercredi 9 janvier 2008 pour un séchage de 2 jours.

La toile est partagée en 6 parties de 40 centimètres de côté. Un bord de 5 mm est nécessaire pour être recouvert par la feuillure d'un encadrement éventuel.

Chaque carreau de 40 centimètres de côté est ensuite divisé en quatre carrés de 20 centimètres de côté.

Le carré de centimètres de côté est divisé en 100 carreaux de 2 centimètres de côté.

Le traçage des lignes se fait avec un crayon de laboratoire blanc qu'on peut trouver dans toutes les papeteries. Avec un pinceau taillé en pointe et de la peinture acrylique blanche, on marque les intersections des lignes de la grille de 2 centimètres.

La zone à recopier, ici 5 lignes de 5 carreaux, est peinte avec du médium mélangé à très peu de 'Violet permanent' code 631 Lefranc&Bourgeois pour 'chauffer' le fond. Cette couleur est une base qui ne dénature pas par mélange d'autres couleurs telles que le rose ou le bleu, laissant l'entière initiative aux teintes contenant du 'jaune' de 'salir' irréversiblement les mélanges dûes à la pose de la couleur sur ce fond 'chaud' frais. Ainsi le vert, le bleu et le rouge sont mises, avec bonheur', dans l'absence totale de 'gris' résultant d'un mariage décevant entre diverses couleurs.

Lorsque la surface réalisée est assez grande, elle apparaît comme une fenêtre s'ouvrant à l'explorateur que devient le peintre sur une nouvelle aventure avec toutes les émotions de la découverte d'un nouveau sujet à peindre en même temps que la joie de se connaître un peu plus, ce soi que tout un chacun recherche en espérant y trouver le chemin, écrit depuis toujours en nous, vers les trésors et les richesses offerts par l'univers. Partager cette odyssée est un devoir.

Les taches de couleurs sont posées dans 100 carreaux du premier carré de 20 centimètres de côté en faisant bien attention de ne pas recouvrir les points de repère de la grille qui sert pour essayer de corriger les teintes. Une fois la retouche terminée, on peint les points blancs avec la couleur qui correspond à leur emplacement.

Il est difficile de résister à ces toutes belles couleurs qui composent ici la palette pour la toile en cours, le portrait de Loann avec Yaël sur un sentier de montagne vers Annecy.

Le coin 'peinture' avec un bon éclairage dispensé par deux tubes fluorescents de 120cm chacun, de l'oxygène par un climatiseur réversible pour une douce chaleur pendant l'hiver et de la fraîcheur pendant l'élé.

Lundi 14 janvier 2008 à 6H.30, les pierres du sentier sont ébauchées avec quelques touches dans l'herbe verdoyante. Assis à 60 centimètres du paysage, j'ai ressenti un réalisme étonnant procuré sans doute par le grand format de la toile. Je comprends à présent la raison pour laquelle Vincent van Gogh que j'admire, avait utilisé ce format de toile. Un total plaisir de peindre même si les couleurs ne sont pas fidèles.

Une nouvelle séance de quadrillage avec marquage des points d'intersection de la grille ouvre une surface plus grande à la peinture et c'est un plaisir de s'y rendre pour y recopier d'autres éléments du paysage. Jusqu'ici, peindre en ébauche sans se soucier des effets d'éclairage et de profondeur.

Ce vendredi 18 janvier 2008, j'ai terminé de quadriller la moitié du haut de la toile et marqué d'un point blanc les intersections de la griile. S'en suit une séance qui donne l'occasion de voir quelques arbres sur le versant droit du tableau. Je me tiens bien au pinceau pour ne pas tomber dans la vallée.

Après que le bout du chemin a été peint, je me hasarde à recopier quelques carreaux plus bas et soudain, je m'aperçois que Loann me regarde d'un oeil coomme pour me dire:"Coucou louviou, j'arrive dans la toile". Le tableau se met alors à vivre vraiement.

Que de couleurs en ébauche dans les cheveux de Loann et de Yaël. En cette saison, une promenade autour d'Arles-sur-Rhône permet de baigner le regard dans une lumière d'hiver où le soleil joue avec les teintes douces de la saison. La palette saisie par le subconscient influence sûrement la manière de peindre.

Le pull-over de Loann signifie qu'il fait froid sur la montagne, les cailloux du chemin évoquent l'érosion, l'herbe et les arbres le monde végétal qui vit, voilà un excellent décor pour camper le portrait de ces deux garçons et bravo au photographe.

Les deux visages sont ébauchés. Loann et Yaël vont chaque fois qu'ils le peuvent voir l'avancement de la toile sur le PC de leur papa.

J'ai essayé de faire les mailles du pull-over de Loann. La mise en place d'un bout du bas à gauche de la toile m'a donné l'occasion de partir d'un fond violet de cobalt clair. C'est plus difficile que de peindre sur un fond noir.

Le coin en bas à gauche permet de sentir la hauteur du tableau afin de préparer la perspective sur le sentier en pente où se dresse à la verticale le groupe Loann-Yaël pour donner du relief dont un essai sur la branche en bas à gauche est concluant.

La main de Loann est ébauchée avec toutes les couleurs nécessaires à la réalisation de tout portrait. Le Violet permanent avec le Vert Armor ou le Bleu Hortensia pour souligner les parties combres. Vert Véronèse, Bleu Turquoise, Bleu Rex, Bleu Céruléum, Violet de Cobalt Clair, Rouge Japonais foncé et Clair, Rouge Orangé, Corail, Rose Lefranc, Vert Anglais du 2 au 4, Vert Fixe composent avec le Blanc de Titane la palette actuelle.

Le pull-over de Loann est ébauché ainsi que son pantalon et la main de Yaël. La toile apparaît sous un aspect nouveau et on commence à voir la belle perspective. La toile est maintenant à moitié couverte dans sa surface par l'ébauche.
Encore 1160 carreaux (s/2320) à copier.

Le bas de la toile dans toute sa largeur donne une idée du panorama qu'offre cette scène. Enormément de touches de couleurs à poser avec délectance, gourmandise de peintre entrain d'ébaucher ce beau sujet. Encore des jours heureux en perspective au pied du chevalet.

Retoucher les visages afin de les accorder aux cheveux. Le talus emmène dans la perspective des arbres. Toujours avec du vert, du violet et du bleu employés sur divers hauteurs de tons, la galopade de carreau en carreau devient presque automatique.

Soudain une irrésistible envie de poser des couleurs fortes. C'est le cap obligatoire pour passer dans les palettes des systèmes RVB et CMJ où la gamme des jaunes est mise en réserve pour faire éclater la couleur. Maintenant, on peint vraiement.

Un gros tronc d'arbre parasité au pied par une espèce de lierre découvre davantage le paysage. Ce dimanche 10 février 2008 voit la fin de l'ébauche qui ne demande plus que deux séances. Ensuite viendra la mise en peinture avec les détails.

Encore une séance et l'ébauche sera terminée. La mise en peinture commencera par le blouson de Yaël ensuite le pull-over de Loann.

L'ébauche se termine par cette séance au cours de laquelle la mise en peinture des pierres en bas à droite donne une idée de ce qui peut se faire avec les divers éléments de cette toile.

Le blouson de Yaël est modelé simplement et déjà l'ensemble de la toile prend corps avec des groupes apparemment complets, sentier, végétation et personnages.

Les points sont recouverts par les couleurs locales et un encadrement ton chamois est essayé sur ce double portrait à fond de paysage de montagne.



  La méthode de louviou    suivi des séances du portrait de Loann et Yaël Verkindt      Fermer cette page du suivi  

  Lisez la page des commentaires sur la peinture de louviou en y ajoutant éventuellement le vôtre