JEAN's Site - Fond noir ou blanc?

JEAN's Site

Blog EntryFond noir ou blanc?Sep 22, '10 11:15 AM
for everyone



Bonjour les artistes

Je suis confronté à des questions de taille pendant les séances de cet essai de peinture et j'ai un grand besoin de m'évader de mon tabouret et de mon chevalet.

Mardi 21 septembre 2010, je suis allé faire le tour de l'étang de Berre afin de déplacer mon point de vue qui se situe au sommet du cône de vision, le soleil qui éclaire en permanence la scène change l'angle d'incidence qu'il forme avec le volume en décomposant les couleurs par effet prismique, tout au long de ma promenade sur 360 degrés horizontalement.

En effet, comme j'ai commencé cette toile avec un fond blanc, il m'est difficile d'obtenir les effets de lumière, de couleurs et de relief comme sur un fond noir sur lequel je pratique habituellement la "montée de la couleur vers la lumière", les volumes des éléments se construisant au fur et à mesure qu'on sort de l'ombre, du système RVB (Rouge.Vert.Bleu) au système CMJ (Cyan.Magenta.Jaune).

Je pense que si une personne est entrain de faire cet essai de peinture d'après mon suivi, elle doit constater également cette difficulté avec un résultat plat ressemblant à une image d'Epinay ou tout simplement une image de magazine ou une photographie dont les couleurs sont posées sur fond blanc de la plus claire à la plus sombre pour finalement une vue plate corrigée parfois par la netteté en profondeur de champ.

Mais je poursuis quand même l'expérience avec entêtement, persuadé de découvrir un secret de la couleur sur le Blanc, les adeptes de l'aquarelle possédant sûrement la clé que je recherche s'ils ont réussi à produire relief et profondeur.

La profondeur est à l'espace ce que le relief est au volume, le creux du vide et le plein de l'objet la limite étant le plan du subjectile qui est la toile à peindre. Faut-il un fond noir pour l'espace et un fond blanc pour les sujets? Evoquer les atmosphères à transparences et densités diverses comme la brume légère et le lourd vase en cristal constitue un terrain d'étude riche en contemplation et constatation mais, comme on voit tout faux, tout n'est que leurre dans la recherche du réel.

En effet, deux objets identiques en dimensions sont aperçus différemment en grandeur, l'éjoigné vu plus petit que le proche. Tout comme un mot sans voyelle est muet, il n'y a pas d'image sans lumière.

Pourtant l'existence est indéniable faisant apparaître la perception comme un mécanisme à conditions sans parler des illusions optiques créées par le temps qui modifie la structure de la vue dans le présent, le passé imminent en mémoire et le futur en direction duquel est lancé par inertie la machine à "voir" aux composants sans cesse en fluctuation par le mouvement de regarder, garder encore et encore en archive où luisent par ordre de préférence ou par choc de l'imcompréhensible réclamant un Temps de réflexion et d'analyse, toutes ces lucioles semblables aux étoiles d'une nuit claire dont bon nombre sont déjà éteintes, leur image arrivée à la vitesse de la lumière jusqu'à nous.

Cette prose interminable prouve mon errance tous azimuts dont la pratique de la peinture en mode lunaire est certainement la cause. Mais revenons sur Terre en nommant louviou et le jean de la lune afin de faire, en barbouillant, des exercices pour élucider les mystères de l'IMAGERIE par l'étude de la perception, de soi-même en fin de compte, le plus précieux des objectifs de la Vie.


Amitiés de Francette et de louviou


Sponsored Links
 
Add a Comment